Roma. Massimo Siragusa

Immagine: 
Roma, aprile 2017 - Parco Giordano Sangalli Quartiere Torpignattara
16/10/2020 - 10/01/2021
Museo di Roma in Trastevere

Mostra temporaneamente sospesa per DPCM del 3 novembre.

Projet photographique consacré à la zone urbaine autour de Rome : la banlieue.
Autour de la Rome célébrée par l'iconographie classique, la ville d'une grande beauté et d'un charme monumental et un peu décadent, avec ses lieux emblématiques enviés par le monde entier, une autre ville s'élève. Caché et inconnu au flux des touristes. Une région habitée et vécue par plus de la moitié des citoyens romains. Une ville chaotique, souvent abusive. Avec ses portes, ses rampes, ses murs, ses arbres, les vestiges archéologiques, les voitures, qui se chevauchent et se fondent dans un chaos visuel extraordinaire et unique. C'est la banlieue. En réalité, les banlieues. Différents les uns des autres mais tous unis par la même anarchie visuelle et architecturale. Dans ce travail, qui se déroule depuis plus de deux ans sur le périmètre de la ville, j'ai cherché des relations, des passages, des dialogues, presque comme si je voulais essayer de mettre de l'ordre dans le chaos de la réalité.

Un voyage dans les faubourgs romains, que Massimo Siragusa (Catane, 1958) connaît et étudie depuis longtemps, raconté par le regard attentif de sa caméra : presque un documentaire, avec des paysages dans lesquels les vestiges du passé et la splendeur antique de Rome coexistent avec les bâtiments des années soixante, avec les rues transformées en parkings et avec les constructions illégales.
Vainqueur de quatre World Press Photo (2009 - 3e prix Questions contemporaines - World Press Photo, 2008 - 2e prix Histoires d'art - World Press Photo, 1999 - 1er prix Histoires d'art - World PressPhoto, 1997 - 2e prix Vie quotidienne - World Press Photo). Massimo Siragusa a choisi une Rome moins reconnaissable comme sujet de son exposition et, comme il l'explique lui-même, une Rome cachée, étrangère aux flux touristiques. Une région habitée et habitée par plus de la moitié des citoyens romains. Une ville chaotique avec ses portes, ses grilles, ses murs, ses arbres, ses découvertes archéologiques, ses voitures, qui se chevauchent et se fondent dans un chaos visuel extraordinaire et unique. C'est la banlieue. En fait, les banlieues. Différents les uns des autres mais tous unis par la même anarchie visuelle et architecturale.
Dans son travail, qui se déroule depuis plus de deux ans sur le périmètre de la ville, l'artiste a cherché des relations, des passages, des dialogues, presque comme s'il voulait essayer de mettre de l'ordre dans le chaos de la réalité.
Dans son travail, qui se déroule depuis plus de deux ans sur le périmètre de la ville, l'artiste a cherché des relations, des passages, des dialogues, presque comme s'il voulait essayer de mettre de l'ordre dans le chaos de la réalité.

Giovanna Calvenzi, commissaire de l'exposition, souligne que les banlieues racontées par l'artiste n'ont pas besoin de noms, mais se poursuivent les unes les autres, différentes et égales. Les banlieues de Massimo Siragusa sont la limite, les marges d'une métropole qui peut s'étendre ou imploser, qui, surtout dans les décennies qui ont suivi la guerre, a connu une expansion incontrôlée, indépendamment du respect des couleurs historiques ou des espaces des autres. Rome se reconnaît de temps en temps à l'apparition de statues ou de capitales, des "signes" qui nous rappellent que nous ne pourrions être nulle part ailleurs. L'atmosphère, la lumière, mais surtout l'anarchie qui unit - tout en les ignorant - l'histoire, les souvenirs, les projets passés et futurs, confirme où nous sommes. La Rome de Massimo Siragusa est une ville où tout est possible et tout est impossible.
L'exposition est une sélection des œuvres rassemblées dans le volume "Roma" publié par Postcart edizioni, qui sort en octobre 2020 et qui contient un scénario inédit d'Ugo Gregoretti, des textes de Marco Maria Sambo, Giovanna Calvenzi et une nouvelle de Tommaso Giagni.

Informations

Lieu
Museo di Roma in Trastevere
Horaire

Temporaneamente sospesa per DPCM del 3 novembre

Du 16 octobre 2020 au 10 janvier 2021
Du mardi au dimanche 10.00 - 20.00. Le guichet ferme à 19.00
24 et 31 décembre 10.00 - 14.00
Fermé le lundi, le 25 décembre et le 1er janvier

CONSULTEZ TOUJOURS LA PAGE D'AVIS avant de planifier votre visite au musée.

Billet d'entrée

Voir la page des billets

Pour les détenteurs de la MIC Card, l'entrée au musée et aux expositions est gratuite. La carte MIC peut être achetée dans les musées et en ligne.

 

Informations

Tél. 060608 (tous les jours de 9.00 à 19.00)

Promue par
Roma Capitale - Assessorato alla Crescita culturaleSovraintendenza Capitolina ai Beni Culturali

Services aux musées
Zètema Progetto Cultura

Soutien organisationnel
Zètema Progetto Cultura

Typologie
Exposition|Photographie
Jours de fermeture
Lun
Commissaire
Giovanna Calvenzi

Eventi correlati

Il n'y a pas des activités en cours.
Il n'y a pas d'activités en programme.
Il n'y a pas d'activités en archive.