La crèche

Réalisée avant 1974 par Angelo Urbani del Fabbretto, cette crèche recrée l’ambiance de la Rome du siècle précédent et, comme toutes les crèches, montre dans ses aspects les plus divers la réalité du lieu et de l’époque représentés. Autour de la Sainte Famille figurent des gens du peuple, mais aussi des personnages habillés de façon différente, peut-être les hôtes d’une auberge du quartier, près de la place Navone où se trouvait au XIXe siècle le Vicolo del Corallo (on entrevoit la plaque portant le nom de la rue). C’est d’ailleurs place Navone que des années durant, cette crèche était installée pendant la période de Noël.

Angelo Urbani del Fabbretto (1903-1974), Presepe di ambientazione romana ottocentesca (particolare)

À Rome, la coutume de la crèche de Noël, qui était à l’origine un spectacle riche aménagé par les personnes aisées pour étonner, s'étend au début du XIXe siècle aux artisans et aux petits entrepreneurs sans perdre les caractéristiques traditionnelles qui s'étaient définies, notamment au niveau local. Il n’y avait donc pas que les crèches installées dans les couvents et les églises (comme celle, célèbre, de l’Aracoeli) ou les crèches des palais nobles tels que celui du prince Boncompagni Ludovisi ou des Borghèse. On sait, par exemple, qu'un cordonnier du quartier Regola installa en 1802 sur une terrasse une crèche qui était visible à travers une fenêtre transformée de façon à représenter un rocher ouvert.
Au XIXe siècle, la crèche de Noël s’impose de façon stable au nombre des traditions les plus diffuses.
Les santons en terre cuite fabriquées pour la crèche recevaient à Rome les noms de « pupazzi » ou « pupazzetti», alors que les artisans qui les réalisaient étaient les « pupazzari ».
Le père de Bartolomeo Pinelli, qui travaillait dans l’atelier d’un potier, fabriquait aussi des santons pour les crèches.
On achetait généralement les « pupazzetti » auprès des fours des potiers de via S. Maria in Cappella ou bien au marché qui se tenait sur piazza S. Eustachio (près du Panthéon) dans la période précédant Noël. Entre Noël et l’Épiphanie, on y vendait des jouets et autre bric-à-brac que la « Befana » apporterait aux enfants le Jour des Rois.
La Fiera della Befana s’installa place Navone en 1872. Il s'agit là d'une tradition qui, sous des formes différentes, perdure de nos jours.
D’ailleurs, la crèche est une autre tradition qui persiste encore à Rome comme dans le reste de l’Italie.
La famille Sgarzini-Carbone est l’une des rares familles romaines de « figurinai » (artisans fabriquant des santons pour la crèche) à avoir transmis le métier de père en fils jusqu'après 1944 ; son dernier représentant, Francesco Sgarzini, fabriqua des santons imitant le style de Pinelli. Son four et son atelier se trouvaient Vicolo del Cinque, au Trastevere.